Au fil des saisons : L’Automne

samedi 14 février 2015
par  Hadès
popularité : 28%

Aimez-vous les saisons ? Elles rythment nos existences, et sans elles, la vie serait monotone, car chacune est différente, et chacune nous permet de pratiquer des activités variées.

Nous avons la chance d’évoluer dans un cadre bucolique exceptionnel. Profitons-en pour savourer ses charmes au travers des saisons.

Aujourd’hui, je voudrais vous parler de l’automne, car à l’heure où j’écris ces lignes, il est là. Mon regard se dirige vers la fenêtre, et la nature me salue dans sa parure de fête, rayonnante comme Cendrillon avant d’être dépouillée de ses atours.

Les promenades à l’automne sont un ravissement pour les yeux.
L’ambiance est légère, le ciel d’un bleu lumineux, la chaleur du soleil douce comme une caresse.

Des flammes allant du brun chaud au rouge le plus ardent, embrasent les paysages, parmi lesquels parfois, la note discordante du vert foncé d’un sapin vient se poser, où quelques arbres, encore en habit d’académicien, font de la résistance.

En passant par la route de la Mine, je reste saisie par les cascades d’or en fusion des vignes, dévalant la pente en rangs serrés. Les vendanges ont été faites, mais quelques grappes rescapées, se font tentatrices.
Cette année, l’été ayant été particulièrement pluvieux et frais, les prés n’ont pas pris leur teinte jaune paille habituelle.

Et sur le velours verdoyant de ces espaces, les arbres à l’orée des bois, commencent à verser leurs larmes mordorées, dessinant un gracieux plumetis.

Les oiseaux lancent leurs derniers trilles en batifolant dans les frondaisons jaunies, avant de squatter nos jardins aux premiers frimas, en quête des mangeoires garnies de graines à leur intention.

Généreuse, la nature déverse sa corne d’abondance pour ceux qui veulent bien se donner la peine d’en recueillir les fruits : noix, noisettes, châtaignes, champignons, raisins, dont je profite largement.

Lorsque la nuit doucement prend possession de l’horizon, dans un dernier baroud d’honneur, le soleil jette ses ultimes lueurs à l’assaut de rares écharpes de nuages évoluant mollement dans le ciel, les baignant d’un camaïeu de rose, d’orange, ou de mauve.

Vers la fin novembre, l’haleine chaude du vent du Sud effleure mon visage, emmêle mes cheveux, fait frissonner les dernières feuilles dont le bruissement rappelle le murmure de l’eau courant dans les rus.

La pluie n’est pas très loin, et le surlendemain, l’eau céleste noie la campagne, les sommets sont drapés dans d’épais brouillards ouatés, les arbres dénudés dressent leurs squelettes noirs.

Au village, les cheminées fument, les cœurs dans les maisons, se tiennent au chaud dans l’attente des premières neiges.

L’automne est ma saison préférée, cela ne m’empêche pas d’apprécier les autres, et dans le prochain bulletin, j’évoquerai l’hiver.

Annick Petey